La majorité des limites planétaires sont aujourd’hui dépassées rendant l’habitabilité de notre planète de plus en plus difficile. Les activités directes et indirectes des territoires urbains (construction, mobilité, alimentation, etc.) sont responsables de ce dépassement. D’où la question, à quoi vont ressembler nos territoires si nous voulons rester dans une zone habitable, sûre et juste ? Comment développer des territoires où la sobriété (puis la circularité) est le moteur de fonctionnement et de développement ?

À propos du conférencier

Aristide Athanassiadis est chercheur et enseignant en métabolisme urbain et territorial depuis plus de dix ans. Il étudie dans ses recherches les flux physiques (eau, énergie, matières, polluants) qui entrent et sortent de nos territoires pour comprendre les moteurs de notre consommation et de son impact.

Il enseigne cette thématique à l’Université Libre de Bruxelles, à SciencesPo Paris et à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne et a eu l’occasion de travailler avec beaucoup de territoires pour évaluer leur métabolisme et proposer des plans d’action.

Après ces différentes années de recherches et d’accompagnement, il a créé le podcast « Circular Metabolism » pour illustrer la complexité des enjeux de compréhension du fonctionnement “métabolique” de nos territoires et montrer que les solutions proposées rentrent dans des silos, les rendant souvent contreproductives, voire délétères.

Le RRECQ est soutenu par les Fonds de recherche du Québec.
Fonds de recherche - Québec