Co-construction d’une compréhension locale de l’économie circulaire: imaginaire, évaluation et gouvernance à Victoriaville

Description

Le projet examine la vision, la gouvernance et les pratiques de l’EC au niveau municipal.

Il se focalise sur trois secteurs phares de l’EC, soit l’alimentation, l’énergie (incluant le transport) et les matières résiduelles (Keblowski et al 2020).

Deux questions de recherche sont ainsi mises de l’avant : 1. Quelles sont les compréhensions des acteurs clés de l’EC en général, mais aussi des pratiques et de l’évaluation de l’EC d’une ville et d’une région comme Victoriaville? 2. Comment l’EC est-elle gouvernée et pratiquée par les différents acteurs politiques et sociaux?

L’imaginaire sociotechnologique et la gouvernance de la transition socioécologique seront les deux principaux concepts mobilisés pour répondre aux questions de recherche.

Thématiques

  • Économie circulaire
  • Énergie
  • Gouvernance
  • Matières résiduelles
  • Politique énergétique
  • Transition
  • Transport

Axe.s de recherche affilié.s

Axe 1 : Changement et transition

Axe 2 : Optimisation de la planification

Axe 3 : Maximisation des ressources et des produits

Axe 4 : Leviers politiques

Membre(s)

Collaborateur.trice.s

Maëva Botrel

Cité de l'innovation circulaire

Valérie Lacombe

UQAM

Fabien Kerambrun

UQAM

Montant accordé

15 000 $
Nouvelles approches contractuelles et en règlementation environnementale pour la mise en œuvre d’une chaîne d’approvisionnement circulaire dans le domaine du balayage de rue printanier

Description

Chaque année, dans les pays nordiques, des abrasifs de source minérale (sable et pierres concassées) sont achetés et épandus par les administrations publiques sur le réseau routier lors des opérations de viabilité hivernale. Pour les 31 000 km sous gestion du ministère des Transports du Québec, on parle d’une moyenne annuelle d’un million de tonnes d’abrasifs. Au printemps, une portion des abrasifs épandus est collectée lors des opérations de balayage du réseau routier. Sujette à une stricte réglementation environnementale, les balayures récupérées sont essentiellement enfouies. Considérant les effets négatifs monétaires et environnementaux de l’enfouissement, la faisabilité technique d’un conditionnement des abrasifs récupérés pour un réemploi en viabilité hivernale fut démontrée à l’échelle locale d’un procédé, e.g., par un tamisage de cette matière résiduelle. Ainsi, une partie des matières résiduelles collectées (les balayures) pourrait être réemployée en abrasifs via le déploiement d’une stratégie d’économie circulaire (ÉC), diminuant l’enfouissement et d’autant la consommation d’une ressource minérale vierge non-renouvelable. 

Ce projet vise donc à revoir la cartographie des flux de la chaine circulaire selon l’approche réglementaire d’un centre de valorisation du secteur construction, rénovation et démolition et à proposer des nouvelles approches contractuelles équitables pour la chaine circulaire.

Thématiques

  • Expérimentation urbaine
  • Gestion des déchets
  • Gouvernance
  • Innovation
  • Matières résiduelles
  • Politiques locales de circularité
  • Région circulaire
  • Valorisation
  • Ville circulaire

Axe.s de recherche affilié.s

Axe 2 : Optimisation de la planification

Axe 3 : Maximisation des ressources et des produits

Axe 4 : Leviers politiques

Membre(s)

  • Jean-François Audy

    ing.f., M.Sc., Ph.D. ,Professeur agrégé

Collaborateur.trice.s

Karine Bouchard

Biopterre

Florence Blouin

UQTR

Bechir Ben Daya

UQTR

Montant accordé

15 000 $
Le RRECQ est soutenu par les Fonds de recherche du Québec.
Fonds de recherche - Québec