La deuxième vie des choses : une étude sociologique du processus de réappropriation des objets désuets

Description

Ce projet de recherche s’inscrit dans la littérature sur la consommation durable, le rapport aux objets et la vie quotidienne. Il vise à explorer comment les objets du quotidien (vêtements, ordinateurs, meubles, livres, décorations, etc.) gagnent une « deuxième vie » après être tombés en désuétude.

Il comporte trois objectifs :

  1. Comprendre le processus par lequel les objets tombent en désuétude et sont réappropriés, en lien entre autres avec la dimension symbolique, la culture et les normes sociales, les espaces dans lesquels ils circulent et les acteurs qui y sont impliqués, ainsi que le contexte social plus large incluant les institutions et la régulation.
  2. Identifier des leviers pour transformer les pratiques de consommation, allonger la durée de vie des objets et réduire la consommation de ressources matérielles.
  3. Formuler des recommandations pour favoriser différentes formes d’optimisation dans l’utilisation des objets du quotidien et arrimer les préoccupations autour de la consommation durable à la recherche sur l’économie circulaire.

Une enquête ethnographique sera menée dans différents espaces où les objets sont réparés, vendus, échangés ou donnés (« Fab Labs », ventes de garage, annonces en ligne, boutiques, réparateurs, etc.), en suivant le parcours des objets eux-mêmes.

Thématiques

  • Consommation des ménages
  • Consommation durable
  • Objets désuets
  • Sobriété
  • Vie matérielle
  • Vie quotidienne

Axe.s de recherche affilié.s

Axe 1 : Changement et transition

Axe 4 : Leviers politiques

Membre(s)

Montant accordé

15 000 $
Fast fashion : destruction des invendus et politiques publiques

Description

Cette proposition de projet se penche de manière générale sur le phénomène de la mode rapide (MR, fast fashion en anglais) et, plus particulièrement, sur le comportement de destruction d’inventaires invendus par les détaillants. Ce projet examine les décisions en amont responsables des pratiques dommageables et comment les invendus, en tant que résidus post-industriels, font face à un manque de traitements de fin-devie circulaires. Le modèle théorique développé permettra d’explorer l’influence des politiques publiques sur l’impact environnemental de la MR.

Ce projet fait suite à une confirmation de la linéarité du secteur de l’habillement et le fardeau supplémentaire imposé par la MR et renforce le besoin de développer un modèle de mécanismes et d’incitations pouvant affecter positivement les décisions des détaillants pour la génération d’inventaires invendus.

Thématiques

  • Circularité textile
  • Comportement du consommateur
  • Consommation durable
  • Consommation et approvisionnement responsables
  • Économie circulaire
  • Sensibilisation des consommateurs

Axe.s de recherche affilié.s

Axe 1 : Changement et transition

Axe 2 : Optimisation de la planification

Axe 3 : Maximisation des ressources et des produits

Axe 4 : Leviers politiques

Membre(s)

  • Sophie Bernard

    ,Professeure, cotitulaire de l'axe 4 - Leviers politiques

Montant accordé

15 000 $
Le RRECQ est soutenu par les Fonds de recherche du Québec.
Fonds de recherche - Québec